« Sous l’eau, je suis moi-même.
Je suis encore un enfant, je me permets de jouer comme si je ne le faisais pas hors de l’eau.

Cette liberté de se montrer tel que l’on est s’illustre sur les plages et dans les piscines, peu importe l’âge, le poids ou le sexe.

Je choisis les sujets de manière auto-référentielle: je choisis une idée ou ma propre expérience pour la relier à un concept plus général. Marcher le long des routes mille fois explorées : sentiments, peurs, pertes et nostalgie … Parfois je m’arrête, raconte une histoire et observe simplement ce qui se passe. D’autres fois, avec certains problèmes tels que ceux liés à la protection des animaux, je donne une opinion directe, en cherchant une prise de conscience. Dans tous les cas j’essaie de trouver une vision lucide et parfois compatissante.

Dans mon travail, je cherche l’union entre le spirituel, le formel et le symbolique. Être une sorte de fenêtre à travers laquelle voir le spectacle de la vie. Mais honnêtement et surtout, continuer à prendre du plaisir en travaillant, ce sentiment de tranquillité où ce qui se passe à l’extérieur n’a pas, au moins pour un moment, une plus grande importance. »

NATALIA  FÜRST

Originaire de Mendoza, en Argentine, Natalia Fürst vit et travaille à Barcelone.

« A 18 ans j’ai décidé d’étudier les beaux-arts visuels à l’Université nationale de Cuyo parce que rien ne m’a donné tant de plaisir et de calme que travailler avec mes mains le temps étiré ou réduit sans aucun contrôle. »